UPS : l’impression 3D meilleure que le transport ?

L’entreprise américaine de transport de marchandises UPS, s’essaye à l’impression 3D. Une centaine d’imprimantes additives de taille industrielle vont être installées à Louisville, au Kentucky. Ce test grandeur nature permettra à l’entreprise de vérifier la faisabilité d’une technologie qui, selon de nombreux observateurs, pourrait révolutionner la chaine allant de l’usine au consommateur. Impactant du même coup les 52 milliards d’euros de chiffre d’affaires d’UPS.

« Seule une personne ayant passé ces dernières années sur la Lune n’a pu se rendre compte du développement continu de l’impression 3D », s’amusait à nous dire, en janvier dernier, Jon Cobb, vice-président exécutif de Stratasys, l’un des pionniers de l’impression 3D. Et en quelques mois, l’impression s’est encore renforcée. Dernier exemple en date : United Parcel Service (UPS), qui déploie 100 imprimantes 3D de format industriel capables, selon un article du Nasdaq, d’imprimer plastiques, métaux et autres matériaux.

Ce serait peut-être une première étape d’un changement en profondeur pour UPS. Le test à Louisville (Kentucky – USA) sera suivi l’année prochaine par l’implantation de 900 imprimantes 3D supplémentaires sur le territoire américain. Pouvoir imprimer sur place des pièces commandées à l’autre bout de la planète et les livrer localement pourrait en effet révolutionner le transport marchand, et impacter ses acteurs avec la même force que l’arrivée d’Internet, il y a plus de vingt ans, estime UPS. Les imprimantes seront également mises immédiatement à contribution pour UPS lui-même. Le transporteur aimerait bien pouvoir remplacer certaines pièces de ses A300 qui ne sont plus fournis par Airbus.

UPS n’est certainement pas la dernière entreprise à s’emparer de l’impression additive, mais toutes ne prennent pas la même voie. Amazon, par exemple, a déposé un brevet en début d’année pour protéger un concept de camion de livraison intégrant une imprimante 3D. Du coté des fournisseurs aussi, on réfléchit à cette relocalisation de la production. C’est notamment le cas d’Adidas, qui se lance dans un concept deSpeed Factory, soit d’impression 3D au plus près du consommateur. Pour Adidas, cette façon de faire permettrait de réaliser des séries plus petites, plus personnalisées et de limiter à 40 jours le temps entre la conception d’une chaussure et son entrée en magasin, contre plus de six mois aujourd’hui.

Source

Labs 4D

About The Author

manager

No Comments

Leave a Reply

UNE QUESTION

Remplissez le formulaire


Merci de bien remplir les champs ci-dessous pour que nous puissions au mieux vous répondre.

Envoyer un message

Envoyer un message

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.En savoir plusOK